ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 Home  | Livre d'Or  | Contact
revue Projectiles
Editorial

Project-îles veut d’abord relever un défi : se faire l’écho de toute la vie artistique, littéraire, culturelle de l’océan indien. Il y a une volonté de bâtir quelque chose à partir de nos passions, de nos rêves, de ce qu'est ou de ce que pourrait être la littérature, la culture dans l'océan indien... avec comme matière première, les œuvres des auteurs, créateurs, de la région. Project-îles va s’employer à les interroger pour tenter d'en comprendre les messages, la démarche, l’esthétique... 
Ce projet, bâti sur plusieurs chapelets d'îles, baignant dans le ventre chaud de l'Océan indien, veut faire rejaillir toute la sève renfermée dans les œuvres des artistes et créateurs, non pas pour les brandir comme un manifeste mais pour faire partager les réalités et les rêves de cette région du monde. 
C’est bien sûr l’image du projectile qui vient tout de suite à l’esprit, comme quelque chose qui fuse de nulle part de manière violente et dangereuse. Mais nous évoquons ici des project-îles bien orientés pour crever les bulles qui renferment chaque île de cette région. C’est cette image que nous avons choisie, pour tenter de faire se dialoguer les uns les autres sur leur travail –en somme une manière de rouvrir les fenêtres-... 
Project-îles peut évoquer des images violentes, mais c’est surtout la métaphore d’une éruption volcanique qu’il faut retenir, c'est un peu la genèse de ces îles de l'océan Indien qui émerge, telle des geysers fusant de la marmite bouillante de l’indianocéan, que nous souhaiterions explorer. Cela dit, cette lave, cette énergie, a ceci d'intéressant qu’elle veut signifier au monde son envie de partager un imaginaire avec le reste du monde, que des créateurs veulent participer au banquet littéraire et culturel du monde... 
 
Bien sûr nous avons à l’esprit que faire paraître une revue culturelle peut s’avérer être une folie dans certaines parties de notre région -économiquement-, mais il est vital et urgent, dans cette époque de la défaite de la pensée, de faire partager nos imaginaires avec le reste du monde. Anciennement occupés par diverses puissances coloniales, dans une logique de vassalisation intégrée, chaque capitale est tournée vers Paris, Londres ou Lisbonne. Les populations –alors qu’elles sont distants de quelques kilomètres- ne se lisent pas, ne se fréquentent pas, les échanges demeurent essentiellement à l’économique. Et encore ! 
Nous avons également à l’esprit que très peu de gens lisent, mais nous n’avons pas du tout l’intention de faire un ouvrage élitiste encore moins simpliste. 
D’abord nous estimons que l’océan Indien francophone n’a jamais été aussi sourd avec lui-même. On exagère à peine, mais c’est vrai qu’il y a des liens timides au niveau des Etats, avec la commission de l’océan Indien, mais très peu d’actions concrètes entre les populations. Ce serait mentir si l’on omettait les initiatives associatives d’échanges culturels entre Mayotte et Madagascar, La Réunion, les Comores indépendants, le Mozambique entre autres, mais il manque jusque-là un support qui rend visibles ces actions, ou ces créations. Et le pari que nous tentons de relever, c’est d’utiliser une lucarne pour forger un instrument de pensée, un outil de travail approprié aux enjeux qui se présentent à nous. 
Project-îles c’est aussi le lieu d’expression d’une œuvre en mouvement, d’un premier contact avec des inconnus qui sont peut-être les talents de demain. Et par conséquent, c’est l’ouverture à tous les genres, à tous les tons. Chaque numéro donnera la parole à un auteur, accompagné d’un portrait et des textes inédits. 
Notre volonté, c’est également de donner envie de lire, et pourquoi pas un jour, l’envie d’écrire pour vriller le silence de nos nuits d’insomnies…  
La revue aura son noyau mis en culture dans une parcelle de la terre comorienne, mais ses racines ont vocation à s’étendre à toute la région, et des bourgeons seront ainsi irrigués par des textes d’auteurs Malgaches, Réunionnais, Mauriciens, Seychellois, Sud Africains, Mozambicains… 
Car tout renfermement dans le huis clos archipélique serait suicidaire : « changer en échangeant sans se perdre », disait Glissant, s’ouvrir en acceptant aussi le droit à l’opacité aux uns et aux autres… 
 
En résumé, une ambition, un objectif clair, une revue littéraire, biannuelle, qui sera bientôt disponible et téléchargeable sur Internet en tarif préférentiel sur le site de la revue en cours de fabrication. 
Concernant l’équipe rédactionnelle, il s’agit de divers contributeurs, aux parcours divers qui vont passer au crible cette chronique d’une œuvre annoncée : l’océan Indien littéraire… 
Avec un fort et sérieux espoir de faire découvrir notre espace, d’inviter le reste du monde à venir voir comment nous ressentons le tumulte du monde, comment nous voulons contribuer à la marche du monde, comment nous voulons être au monde, et qu’est-ce que nous avons à dire sur la part d’ombre dans laquelle nous a relégué le monde… et comment aussi, on entend exprimer notre envie d’être au monde et avec le monde… comment sortir de la parenthèse de l’histoire…En partageant un imaginaire. 
La rédaction 

  
(c) Revue Projectiles - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 2.12.2010
- Déjà 5530 visites sur ce site!